Le secret professionnel : nécessité d’une réflexion dans le contexte actuel

Le 29 novembre dernier, la section Assistant social – poussée par deux lois successives qui modifiaient les valeurs fondamentales de l'action des assistants sociaux – organisait une matinée d’étude sur le secret professionnel. Plus de 200 personnes (professionnels et étudiants) ont participé à cette matinée.

Le Comité de Vigilance en Travail Social a répondu présent pour animer et modérer cet évènement.

La journée a pu être organisée grâce à la collaboration entre les professeurs de déontologie (Véronique Richard et Patrice Marchal), tous nos professeurs de pratique professionnelle et les étudiants. Ce projet a entraîné une belle dynamique de groupe entre tous les acteurs concernés. 

Les étudiants des blocs 1 et 2 ont travaillé sur un projet d’autocollants qu’ils ont collés sur une bâche où étaient dessinées des silhouettes symbolisant des représentants de la société civile.

« L’homme à terre » : symbolique

Interventions

Aude Meulemeester, Assistante sociale à la Ligue des Droits de l’Homme et membre du Comité de Vigilance en Travail Social, nous a rappelé le cadre juridique du secret professionnel : état des lieux et principaux enjeux de cette nouvelle législation.

Jean-Michel Longneaux, Professeur à l’Université de Namur, rédacteur en chef de la Revue Ethica Clinica, nous a apporté un éclairage éthique et déontologique quant à nos pratiques professionnelles. De par ses nombreuses illustrations, il a su capter l’auditoire.

Nicolas Schiltz, Assistant social et responsable du personnel au CPAS d’Aubange, nous a amené une réflexion quant à sa pratique : quel est l’impact de la réforme sur le travail de l’AS en CPAS ?

Au vu du succès rencontré, la section AS Arlon va sans doute organiser une suite à cette matinée d’étude…

Florence Simon
Le 12 décembre 2017

Actualités et agenda

Voir toutes les actualités